Les Châteaux de la Loire, flamboyants monuments de la vallée des Rois, sont une page entière de l’histoire de France. Nul doute que ces châteaux sont en grande partie la raison pour laquelle le Val de Loire est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2000.

Le long du fleuve royal, ils traversent l’ouest de la France d’Orleans à Nantes, en passant notamment par Blois, Angers ou encore Tours. Les Châteaux de la Loire sont sans conteste l’image la plus vibrante de la Renaissance en France, importée d’Italie par François Ier. Fiers représentants des jardins à la française, ils sont connus dans le monde entier et représentent pour beaucoup le charme français, par leurs architectures qu’on ne voit nulle part ailleurs. Il vous faudra évidemment plus d’un weekend pour les visiter, mais un petit « road-trip » de quelques jours peut tout à fait vous permettre d’en voir un maximum, et ils valent vraiment le coup d’œil.

Chenonceau

château de Chenonceau

Littéralement posé sur le Cher, Le château de Chenonceau est le bijou de la Touraine et une prouesse d’architecture tant il semble défier les lois de la physique. Il a aussi le surnom de « château des dames » car il est le seul château construit, décoré et même habité par des femmes. Il est de ce fait un lieu privilégié pour comprendre le rôle des femmes à la Renaissance. Chenonceau tel qu’il est observable aujourd’hui a été construit au XVe siècle après la démolition du château d’origine lors de la guerre de Cent Ans. Avant n’existait qu’une tour au bord du Cher.
C’est Thomas Bohier, bourgeois anobli et financier du roi, qui se porta acquéreur du château à la suite de la banqueroute de la famille Marques. Mais ce dernier a été appelé à la guerre pendant la construction du château. C’est donc son épouse, Catherine Briçonnet qui a pris la relève avec brio. Chenonceau fut ensuite confisqué par la couronne en 1535 car Thomas Bohier avait détourné l’argent royal, et Henri II le donna à sa maîtresse, Diane de Poitiers, au grand dam de sa femme, Catherine de Médicis qui le convoitait. Néanmoins, cette dernière reprit le château à la mort de son mari.
Pour les amateurs d’architecture, il est à noter que les styles concurrents de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis sont évidents dans tout le château. Ils répondent ainsi à merveille au mélange architectural franco-italien du château.

Clos lucé

château de Clos Lucé

C’est un peu le petit frère du château d’Amboise (il fut longtemps sa dépendance), mais sa personnalité est unique et son histoire captivante. Ce château aux briques roses surplombant des pelouses verdoyantes semble tout droit sorti d’un songe. Il est surtout célèbre pour avoir été la résidence officielle du plus grand inventeur de tous les temps. Lorsque François Ier se rend en Italie au plus fort de la Renaissance italienne, il rencontre un artiste et inventeur vieillissant du nom de Léonard de Vinci, qu’il décide d’installer au Clos Lucé. Léonard de Vinci n’y est resté que trois ans avant de mourir (1516 -1519), mais c’est au Clos Lucé qu’il a mis au point nombre de ses inventions les plus visionnaires. Aujourd’hui, le château est un musée qui abrite 40 modèles de machines conçues par Da Vinci, notamment la mitrailleuse, l’hélicoptère et le bateau à aubes.
Le site du manoir remonte au XIIe siècle, alors entouré de fortifications, dont il ne reste que la tour de guet. Des restaurations massives ont été effectuées depuis les années 1960 pour lui redonner sa gloire d’antan. Vous pouvez maintenant avoir un aperçu de la vie privée de Léonard de Vinci en visitant sa chambre, sa cuisine et son bureau, ainsi que la petite chapelle où sont exposées des fresques. Vous pouvez également explorer l’atelier d’artiste de Léonard de Vinci, comme si ce dernier venait de le quitter.
Terminez votre visite de ce magnifique château par une promenade dans le parc où se trouve un étang étonnant entouré de pins centenaires et de célèbre roses « Mona Lisa ».

Chambord

château de Chambord

Le mastodonte qui représente à lui tout seul les châteaux de la Loire. C’est aussi le plus visité de tous, plus de 700 000 visiteurs s’y pressent chaque année.
Dans le plus pur style Renaissance, le plus grand château de France a été construit par le roi François Ier en 1519 pour servir de pavillon de chasse et aussi un peu pour impressionner les dignitaires étrangers. Inspiré de l’architecte romain Vitruve, Chambord est tout en géométrie et en volume savamment agencés. Il fut le premier à être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, en 1981.
Il brille aussi par son extérieur, son parc intégralement clos et ses jardins à la française qui semblent taillés au laser. Le château continue d’être un lieu mythique et les responsables du domaine ne manquent pas d’audace dans son utilisation. Il a par exemple accueilli un festival de musique électronique en 2019.

Château d’Azay le Rideau

château d'Azay le Rideau

Hybride de la tradition classique française et du décor italien, le château d’Azay le Rideau a été construit sur une île de l’Indre, ce qui lui confère son charme certain. Ce château emblématique de l’art du Val-de-Loire s’élève comme une sentinelle hors de l’eau, laissant une image miroir magnifique à ses pieds.
Sous le patronage du roi François, le château a été édifié sur l’emplacement d’une ancienne forteresse, mais sa construction a été arrêtée en plein milieu, ce qui lui a laissé un extérieur en forme de « L » remarquable mais accidentel.
Il a fait peau neuve entre 2015 et 2017 grâce à une importante rénovation déclenchée par le Centre des monuments nationaux, révélant un intérieur et des façades en pierre de tuffeau immaculées.
Le château abrite également l’Escalier d’Honneur, le plus vieil escalier de ce type qui subsiste en France. En véritable clin d’œil à son histoire, vous pouvez également admirer un certain nombre d’œuvres d’art représentant des membres de la famille royale française le long des murs du château.

Cheverny

château de Cheverny

Si ce bâtiment exquis vous rappelle un certain Moulinsart, c’est tout à fait logique. Hergé s’est en effet inspiré de ce château de la Loire pour dessiner celui du capitaine Haddock.
Cheverny est situé juste à l’extérieur de Blois et semble tout droit sorti d’un tableau, le vert des jardins et le blanc immaculé de la façade en pierres de bourré (un tuffeau qui blanchi avec le temps) se télescopent avec panache.
Construit par l’architecte Jacques Bougier entre 1620 et 1640, pionnier du style français qui s’est développé sous le règne de Louis XIV. Le château est l’un des premiers à être ouvert au public et il est réputé pour sa collection incontournable de meubles, de tapisseries et d’objets d’art. Vous pouvez y explorer des pièces historiques qui sont restées pratiquement inchangées depuis des générations.
Les parcs et jardins d’une grande beauté renferment aussi l’une des caractéristiques uniques du domaine, son chenil. Le domaine élève encore de nombreux chiens et organise toujours des chasses à courre.

Château de Chaumont-sur-Loire

Château Chaumont sur Loire

Le magnifique château de Chaumont ressemble vraiment à un château de conte de fée. L’atmosphère féerique qu’il dégage par sa forme bombée et ses tourelles scintillantes ne peut que vous replonger dans un émerveillement d’enfant.
Avec une vue imprenable sur la Loire depuis l’ancienne « aile nord », le château de Chaumont abrite également des œuvres architecturales incroyables. La galerie d’art située dans les combles, ses écuries arrondies et son escalier à vis, qui est une pièce d’ingénierie étonnante pour l’époque.
Reconstruit quelques années après avoir été rasé sur ordre de Louis XI en 1465, le château restauré est aujourd’hui célèbre pour son festival international des jardins. Ce festival renommé est une vitrine mondiale et colorée de l’art des jardins et de l’aménagement paysager.

Château de Sully-sur-Loire

Château de Sully sur Loire

Ce château emblématique s’élève comme une île sur la Loire, où il repose sur un ensemble de 3 petits affleurements. Contrairement à beaucoup de châteaux de la Loire, il conjugue deux styles architecturaux bien distinct en termes d’époque, ayant été démoli et reconstruit à d’innombrables reprises. Le donjon, ou Grand Château, est le plus ancien élément conservé du château puisqu’il remonte au XIVe siècle. L’autre partie est quant à elle bien plus imprégnée du style Renaissance. Le château a eu une longue et remarquable histoire remplie de changements de propriétaires, de guerres, d’incendies, et a même été occupé par des soldats allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a également été la résidence d’une importante famille, les Sully, dont le premier duc est représenté par une grande statue de marbre dans la cour extérieure.
Avant-poste de défense sur la rive gauche de la Loire au XIIe siècle, il garde actuellement quelques trésors historiques. Parmi les plus remarquables, on peut citer le chemin de ronde, la tapisserie de la Tenture de Psyché, le plafond voûté en berceau du château datant du XIVe siècle, ainsi que la tombe du duc Sully lui-même.
Le parcours de visite est très entretenu et vous fera découvrir une multitude de peintures et de tapisseries historiques, au milieu d’un mobilier d’époque dans des salles opulentes où l’aristocratie française évoluait. Il accueille également chaque année le festival de Sully et du Loiret, consacré à la musique classique et contemporaine.

Château de Villandry

Château de Villandry

Le château de Villandry est mondialement connu pour ses jardins exceptionnels, dont les dimensions excèdent au moins dix fois celles du château.
Impossible de rester de marbres devant ces incroyables pelouses manucurées, ces jardins de fleurs exquis, ornés de haies de buis soignées et ces orangeries. Mais surtout ne ratez pas son jardin d’eau en escalier, il est à tomber par terre.
Le parc comprend également un labyrinthe et une aire de jeux pour les enfants, des jardins potagers et des terrasses pour une vue parfaite sur le château.
Construits en 1536 par Jean Le Briton, l’un des ministres des finances de François Ier, le château abrite des pièces bien aménagées. Les éléments les plus remarquables sont le salon oriental, l’escalier Louis XV (où l’on peut voir les initiales de Michel-Ange de Castellane entrelacées dans la rampe) et une exposition d’œuvres d’art dans la galerie.