Les citadelles du vertige, plus connues sous le nom de châteaux Cathares, sont le fruit d’une histoire à la fois riche et sanglante. Celle d’un peuple qui, au XIIIe siècle, a résisté tant bien que mal aux rois de France et à l’Eglise catholique, au nom d’une autre idée du christianisme. Aujourd’hui, vous pouvez visiter les châteaux dits Cathares en Languedoc sur le massif des Corbières. Quelques-uns, comme la cité de Carcassonne, ont été restaurés, beaucoup d’autres comme les Lastours ou Montségur sont largement en ruines, mais restent tout bonnement spectaculaires.

Les châteaux du pays Cathare sont en lice pour rentrer au patrimoine de l’Unesco sous l’impulsion du département de l’Aude, détenteur de la marque « Pays Cathare ». A l’exception du château de Montségur, ils ont l’avantage de se tenir en une trentaine de kilomètres (de la forteresse de Salses jusqu’aux Gorges de Galamus) et peuvent donc se visiter en peu de temps.
Vous rêvez de parcourir les sentiers cathares à la découverte des ruines de ces légendaires châteaux, perchés sur les éperons rocheux du Languedoc-Roussillon ? Vous souhaitez faire un tour dans l’Occitanie du moyen-âge, à l’ère des donjons, des remparts, des sièges et des croisades ? Découvrez les plus beaux châteaux Cathares, vestiges d’une histoire qui s’est écrit à des centaines de mètres d’altitude.

L’histoire des Cathares, un drame médiéval

Lastours-cathare

Au XIIe siècle, une nouvelle religion prend racine en Europe : le catharisme. Les Cathares affirmaient que leurs croyances et leurs pratiques dataient des premiers temps du christianisme (une théorie confirmée par beaucoup d’historiens). Fondée sur des préceptes anciens, cette philosophie voit le bien et le mal se livrer une guerre constante et prône la recherche personnelle de la perfection ainsi que l’égalité dans une ère ou le droit féodal fait loi divine.
Ce peuple et leur culte seraient originaire de Perse et se seraient progressivement déplacés vers l’ouest en passant par l’Empire byzantin, les Balkans et l’Italie, pour atteindre l’Europe occidentale. Présent sporadiquement dans toute l’Europe, c’est dans les Pyrénées orientales que les Cathares ont prospéré, devenant la religion majoritaire dans de nombreux endroits, au point d’avoir quatre évêques cathares en 1209, à Albi, Carcassonne, Toulouse et Agen. L’Église catholique considérait les Cathares comme des hérétiques. Après une série de tentatives infructueuses de conversion, le pape Innocent III finit par lancer une croisade contre eux au nom de l’inquisition médiévale.
La Croisade des Albigeois est donc lancée en 1208 contre les Cathares et leurs sympathisants. La noblesse locale du Languedoc, vassaux du roi d’Aragon, ainsi que le reste de la population locale, se rangent du côté des Cathares. Ils se réfugient dans ces fameux châteaux et autres villes fortifiées sur les sommets de collines spectaculaires au pied des Pyrénées.
Après plusieurs décennies de guerre, les Cathares ont été exterminés, souvent brûlés vifs par centaines. Leurs châteaux tombèrent entre les mains des seigneurs français vainqueurs. Les citadelles furent renforcées, reconstruites ou détruites, la plupart transformées en forteresses royales.

La Cité de Carcassonne – Mère des citadelles

cité-de-Carcassonne

L’une des plus belles villes fortifiées à voir en France. Connue pour sa citadelle médiévale à double enceinte, ses nombreuses tours de guets et sa basilique, Carcassonne est au XIIIe siècle la place forte des rois pour livrer bataille face au royaume d’Aragon. Pour maintenir ses positions sur la région, la France va réhabiliter des fortifications cathares et faire naître les 5 fils de Carcassonne : les châteaux d‘Aguilar, Peyrepertuse, Puilaurens, Quéribus et Termes. Aujourd’hui la maison mère garde pour elle sa splendeur d’antan. Un vrai château de conte de fée, dont l’enceinte héberge un village enchanteur où l’esprit s’évade et flâne dans ses ruelles escarpées.

Peyrepertuse – La forteresse inaccessible

château-cathare-peyrepertuse

Juché à 800 mètres d’altitude, le château habille un éperon des hautes Corbières et domine les vignobles voisins. Cet éminent fils de Carcassonne est longtemps la frontière entre les deux royaumes ennemis. Pris par la France à Guillaume de Peyrepertuse, qui n’était pas vraiment cathare mais qui sera tout de même excommunié car insoumis, le château est classé monument historique depuis 1907. Son donjon offre une vue imprenable sur le village de Duilhac. L’accès au Fort se fait par son flanc nord, sauvage et verdoyant, une parfaite mise en bouche.

Quéribus – La tour de guet

Quéribus-château-cathare

Magnifique et haut perché, posé sur le massif des Corbières, le château épouse le piton rocheux comme s’ils ne faisaient qu’un. Prenez le temps d’en faire le tour, la perspective par l’Est est fabuleuse, donnant à voir les monts enneigés des Pyrénées en arrière-plan. Arpenter ses bâtiments imbriqués en escalier n’est pas une mince affaire mais l’expérience nous plonge au cœur de ces temps rudes et lointains où la guerre faisait rage. Le sentier qui vous y mène permet d’apprécier sa hauteur à couper le souffle.

Aguilar – Le fleuron central

château-cathare-aguilar

Peut-être le moins vertigineux, mais également celui qui colle le plus à l’idée que l’on se fait d’un château du moyen-âge. Trônant au beau milieu d’une colline avec une vision à 360° sur de vastes plaines et des vignes à perte de vue. On peut y voir des reconstitutions de combats médiévaux pour prolonger le voyage dans le temps. Il fait face au Quéribus et surplombe Tuchan, qui est un village incontournable si vous êtes amateur des vins de Hautes-Corbières. Il est pour sa part un site classé de l’UNESCO.

Montségur – le château cathare par excellence

château-cathare-montségur

L’un des plus célèbres, à l’écart des autres dans la région du Fenouillèdes, ce château sera le dernier bastion des Cathares. En 1244, Montségur est le théâtre d’une bataille sans merci au cours de laquelle les cathares résisteront dix mois aux armées royales de Saint Louis. Cette ultime bataille signa la fin des Cathares. Il sera rasé pour être reconstruit par Guy II de Lévis. Il brille plus aujourd’hui par l’incroyable point de vue qu’il offre que part l’état des ses ruines.

Les châteaux de Lastours – Castrums revisités

châteaux-cathares-lastours

Authentique fortification cathare, le trésor de la montagne noire fait partie des castrums authentiques (Laurac, Les Cassès, Fanjeaux, Mas-Saintes-Puelles, Lastours-Cabaret, Montségur, Termes ou Puilaurens) à savoir des châteaux ou villages fortifiés ayant réellement été des gites des Cathares. Parmi les quatre châteaux, Quertinheux est celui qu’il faut visiter en premier ne serait-ce que pour voir les châteaux de Lastours par les encadrements de ses remparts, s’érigeant au bout d’un chemin parsemé de cyprès totems.