L’écotourisme et le voyage en général sont bons pour beaucoup de choses. Ouverture d’esprit, confiance en soi, culture… le voyage est mon meilleur prof et c’est ce qui a construit ma personnalité. Mais une chose sur laquelle le voyage déçoit c’est l’environnement.

Le fait de simplement prendre le transport, dormir dans des hôtels souvent en utilisant leurs services préjudiciables, créer le besoin de l’ouverture de chaînes et l’ouverture de restaurants multi-nationaux là où ils n’existeraient pas sans le tourisme. Le voyage peut vraiment faire souffrir la planète terre et l’éventail de cultures qui y vivent.

Mais ne vous inquiétez pas, vous ne devez pas ranger vos valises immédiatement pour devenir une éco-guerrière. Il y a une panoplie d’étapes que l’on peut franchir pour voyager de manière plus durable et si on fait les choses bien, on peut même aider l’environnement, la préservation de la culture et des peuples que nous visitons. Il ne s’agit pas de ne pas voyager, il s’agit de voyager autrement.

 

Il y a encore beaucoup de choses à faire pour protéger la planète terre et ses ressources naturelles mais dans les dernières années, nombre d’actions ont été menées pour sensibiliser les gens et les entreprises à prendre leurs responsabilités environnementales. On peut citer en exemple IKEA qui, malgré son modèle d’approvisionnement de meubles produits en masse, fait son maximum pour minimiser son empreinte carbone. Cela inclut l’utilisation de cartons plats pour maximiser l’espace, des matériaux écologiques et la fourniture en électricité de ses magasins avec de l’énergie renouvelable. Patagonia, une chaîne d’aventures outdoor, est un autre très bon exemple. Elle utilise des matériaux durables sur la quasi-totalité de ses produits et dissuadent les clients d’acheter des objets dont ils n’ont pas besoin, même si cela a un impact sur leurs ventes.

Ceci dit, nous ne sommmes ni PDG ni d’une entreprise ni directeur d’un hôtel. Alors que peut-on faire pour voyager de manière durable? Ce que je vais vous proposer ne suppose que des changements mineurs sur votre routine de vacances et vous pouvez vous en servir partout dans le monde. Certaines idées sont plus draconiennes que d’autres mais même si elle sont trop en décalage par rapport à votre point de vue ou votre style de vie, ça vaut quand même le coup de s’informer.

Etre écologique en préparant son voyage

  • Emportez des bagages moins lourds. Cela diminuera la charge sur le véhicule que vous empruntez, ce qui signifie moins d’émissions de gaz à effet de serre. Les 5 kilos en moins peuvent sembler dérisoires mais si tout le monde prenait la même décision, l’impact serait majeur. Et pourquoi ne pas être les premiers à le faire?
  • Achetez des billets électroniques quand c’est possible, pour réduire l’usage de papier.
  • Préférez la route si possible, particulièrement si vous parcourez de courtes distances
  • Si vous devez prendre l’avion, rééquilibrez votre bilan carbone…
  • …ou réservez un vol direct : la majeure partie de l’utilisation du carburant se fait au décollage et à l’atterrissage.
  • Évitez les croisières. Les paquebots détruisent l’équivalent d’un terrain de football de corail à chaque fois qu’ils jettent l’ancre (la moitié est traînée et l’autre moitié étouffe sous les débris). En moyenne, ils rejettent trois fois plus de CO2 que les avions. On a aussi vu certaines compagnies jeter du plastique par-dessus bord la nuit.
  • Faites des recherches sur votre destination et les règles d’éthique qui s’y appliquent. Recherchez un logement qui soutient la communauté et sachez s’il est meilleur de manger de la street food ou dans des restaurants locaux. Ce conseil est différent pour chaque pays et ville, donc faites vos recherches pour chaque endroit où vous allez.
  • Commencez par être écologique avant-même de quitter votre domicile en éteignant et débranchant tous vos appareils et en vous assurant que vous n’avez aucun robinet qui coule.

 

Faire sa valise écolo

  • Emportez de produits « solides » (comme du shampooing en barre, dentifrice, déodorants) qui vous feront économiser en poids et en place et qui peuvent être pris à bord de l’avion.
  • Utilisez des articles de toilette vegan composés d’ingrédients naturels.
  • Emportez avec vous une bouteille en verre ou en inox à remplir (quand c’est possible) au lieu d’acheter les bouteilles en plastique, qui sont un désastre pour la planète.
  • Utilisez un cabas ou un sac de votre choix au lieu de reprendre des sacs plastique à chaque fois.
  • Utilisez des chargeurs solaires.
  • Prenez des vêtements légers que vous pouvez laver dans le lavabo et faire sécher facilement.
  • Mesdames, utilisez une coupe menstruelle. Les tampons et les serviettes hygiéniques constituent un désastre pour la planète tandis que la coupe menstruelle peut être réutilisée pour toujours. Non seulement vous économiserez une fortune, ferez de la place pour d’autres choses dans la valise mais en plus ce sera bon pour la planète.
  • Emportez un tupperware afin de garder les restes ou ce que vous ne mangez pas au restaurant et utilisez des couverts faits de matériaux réutilisables (donc pas en plastique).
  • Prenez un kindle plutôt que 10 livres. Votre valise sera bien plus légère et vous sauvez des arbres.
  • Utilisez une crème solaire biodégradable qui protège la vie marine, spécialement les récifs de coraux.
  • Emportez un mug pour le café réutilisable si vous êtes caféine-addict et qu’il vous faut le vôtre le matin. Comme ça vous pourrez le donner au serveur au lieu d’avoir à boire dans des gobelets jetables.
  • Si vous partez pour un court séjour et avez besoin d’objets que vous n’avez pas, essayez de les emprunter à quelqu’un plutôt que de les acheter, surtout si vous n’allez vous en servir que pour ce voyage.

 

Astuces durables pour se loger écolo

  • Passer la nuit dans un dortoir d’une auberge de jeunesse est écologique par nature. On économise de la place en partageant chambre et salle de bain. Beaucoup de pays ont maintenant des auberges de jeunesse avec des chambres-dortoir. J’ai eu l’occasion de dormir dans de très bonnes auberges de jeunesse en Chine et en Australie. Voyageurs à petit budget : cette astuce est pour vous.
  • Dormez dans des hôtels indépendants plutôt que dans des chaînes multinationales.
  • Essayez de chercher un hôtel vert : un hôtel qui fait de vrais efforts pour avoir peu ou pas d’impact sur l’environnement et qui s’engage même à lui faire du bien
  • Campez ou montez une tente en voyage ! Cependant, si vous le faites, assurez-vous de ne rien laisser derrière vous. Si vous devez faire vos besoins, creusez et couvrez.
  • Faites du Couchsurfing et acceptez d’autres Couchsurfers chez vous, si possible.
  • Choisissez un Airbnb qui vous permet de vivre avec une famille locale ou dans un endroit qui autrement serait vide.
  • Dormez chez l’habitant et assurez-vous que votre paiement ou votre contribution profite à la famille locale.

 

Ecotourisme à votre logement

  • Demandez à la réception quelles sont leurs règles en matière de recyclage. S’il n’y en a pas, demandez pourquoi !
  • Eteignez la clim quand vous quittez la chambre. Tous les hôtels n’ont pas l’option automatique de mise hors tension et cela peut économiser beaucoup d’énergie. C’est une habitude qu’on peut avoir à la maison mais qui s’oublie facilement quand on voyage.
  • N’utilisez pas le service de blanchisserie de l’hôtel. Pour s’assurer de ne pas mélanger les vêtements, tout est lavé séparément et la consommation d’eau en pâtit. Quand c’est possible, emmenez avec vous de la lessive à main et lavez votre propre linge en petites quantités dans le lavabo de l’hôtel. Si vous avez la possibilité d’utiliser une machine à laver vous-même, attendez d’avoir assez pour la remplir ou partagez avec un autre voyageur. Lavage à froid conseillé.
  • SI vous êtes un voyageur fréquent, imaginez la différence que vous pourriez faire si vous commenciez à évangéliser tous les hôtels dans lesquels vous dormez. Vous pouvez commencer par leur suggérer d’installer des panneaux solaires et photovoltaïques pour faire des économies en électricité. Si l’hôtel est situé dns un endroit où il pleut beaucoup, vous pouvez aussi leur parler de la collecte de l’eau de pluie. En plus de tout cela, faites-leur savoir que tous les déchets organiques peuvent être recyclés en compost (qui génère du biogaz).
  • Ne prenez pas de douches à rallonge ou de douches innécessaires simplement parce que ce n’est pas vous qui payez la facture.
  • Pensez à mettre la petite pancarte « ne pas déranger » sur votre porte. De cette manière, les employés de ménage ne viendront pas tous les jours (qui fait ça à la maison, franchement?). Ceci permet d’utiliser moins de produits chimiques toxiques et d’électricité.
  • Accrochez vos serviettes après usage. Cela signifie que vous allez continuer à vous en servir et qu’il n’est pas nécessaire de la laver.
  • Quand vous logez dans une auberge de jeunesse, économisez gaz et électricité quand vous faites à manger en préparant le dîner avec vos nouveaux amis.
  • Toujours dans l’auberge de jeunesse, mettez les restes que vous ne mangez pas dans une « free food box ». La plupart des auberges en ont et cela peut aider un autre voyageur.
  • Si vous êtes dans un hôtel qui propose des échantillons (de produits de toilette, par exemple), emportez tout avec vous parce qu’ils seront probablement jetés sinon.

 

Ecotourisme et protection de la vie sauvage

  • N’allez pas au zoo. Même s’ils disent être éthiques, tout établissement qui prend des animaux à leur habitat naturel pour divertir les touristes ne peut pas l’être. Et faites attention aux soi-disant projets de conservation de la faune. Ce n’est pas toujours vrai.
  • Ne donnez pas à manger aux animaux quand vous les voyez.
  • N’allez pas à l’aquarium. La durée de vie des poissons et des autres animaux marins dans ces attractions touristiques est très réduite parce qu’ils sont enfermés.
  • Bien évidemment, faites du snorkeling et de la plongée ! mais ne touchez aucun corail et respectez les instructions qui vous sont données. Si vous partez dans un tour de snorkeling ou de plongée, demandez s’ils mettent des appâts, c’est-à-dire s’ils mettent de la nourriture non naturelle dans les Océans pour attirer la vie marine plus près. Ceci peut rendre les animaux malades, agressifs et dépendant de nourriture non naturelle. Ne choisissez que des tours opérateurs qui n’ont pas ces pratiques.
  • Ne montez pas sur les éléphants. Ils ne sont pas faits pour ça. Si vous voulez vous rapprocher des éléphants, rendez-vous à des endroits qui ont des vrais projets d’écotourisme et qui travaillent avec des éléphants. Réfléchissez-y a deux fois également pour n’importe quel autre animal : même s’ils sont faits pour être montés, ils restent en captivité. Faites vos recherches avant.
  • Ne sortez aucun animal de son habitat naturel.
  • N’enlevez pas de coquillages ou de cailloux de plages protégées.
  • Respectez les parcs nationaux en suivant les chemins tracés.
  • Ramassez les déchets que vous trouvez sur votre chemin.
  • Participez à des missions de ramassage sur la plage, ou organisez le vôtre !
  • Choisissez un safari éthique en posant beaucoup de questions au responsable du tour. C’est possible de choisir un safari éthique, mais beaucoup d’entre-eux sont rusés donc faites bien vos recherches avant d’y aller.

 

Manger et boire de manière durable en voyage

  • Soyez végétarienne ou végane, au moins un petit peu. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles ces choix alimentaires sont la bonne voie vers une vie plus durable et c’est souvent facile d’être végétarien quand on voyage.
  • Si vous voulez quand même manger de la viande, essayez d’en manger moins. Choisissez des plats végétariens locaux quand c’est possible ou alors faites un effort pour choisir des viandes et des poissons qui sont environnementalement viables.
  • Mangez de la street food : souvent, cela aide les commerçants locaux et en plus ça vous permet d’économiser.
  • Evitez McDonalds, Starbucks et compagnie comme la peste
  • Buvez de la bière et des vins locaux , normalement il devrait y avoir du choix à votre destination !
  • Achetez local : cela aide les vendeurs et les fabricants locaux. Evitez les produits importés.
  • Evitez d’utiliser des pailles. Elles sont faites de plastique qui ne se décompose jamais et finissent dans la mer là où les animaux vont essayer de le manger.

 

Faire du shopping durable

  • Attention à ne pas acheter de souvenirs fabriqués avec des espèces en voie de disparition (cuir, ivoire, corail).
  • Bien évidemment, essayez de faire de bonnes affaires mais réfléchissez avant de vous engager dans du marchandage. 1€ ce n’est peut-être pas beaucoup pour vous, mais peut-être que c’est énorme pour ce commerçant local.
  • Essayez de trouver des vendeurs locaux : acheter directement chez eux leur permet de gagner leur argent et protéger leur culture.
  • Refusez le packaging en plus et les sacs plastiques inutiles.

 

Ecotourisme et transport

  • Utilisez les transports publics plutôt que le taxi. Ou encore mieux, marchez !
  • Utilisez un vélo pour explorer quand c’est possible. C’est un mode de transport durable et cela vous permet de rester en forme. De nos jours, il y a de plus en plus de pistes cyclables et à certains endroits, il y a le même système que les Vélib’. Profitez-en.
  • Optez pour des déplacements en train plutôt que des vols internes.
  • Si vous conduisez, faites du co-voiturage en trouvant d’autres voyageurs qui en ont besoin sur des groupes Facebook ou en prenant des auto-stoppeurs.
  • Faites vous-même de l’auto-stop si vous en avez le courage.
  • SI vous devez impérativement louer une voiture, louez la voiture la plus écologique possible. Certaines sociétés de location de véhicules ont des voitures de ce type disponibles.

 

Faire du bénévolat à l’étranger

  • Ne visitez pas et ne faites pas de bénévolat dans des orphelinats. Malheureusement, la plupart d’entre-eux sont faits pour générer de l’argent plutôt que pour aider les enfants et dans certains cas (notamment au Cambodge et au Népal), les enfants ne sont même pas orphelins : ils ont été pris à leurs parents avec la promesse d’une meilleure vie et d’une bonne éducation. Pendant ce temps, des touristes bien intentionnés paient de grosses sommes pour faire du bénévolat dans ces soi-disant orphelinats. On encourage ces enfants vulnérables à créer des liens avec leur sponsors qui partent après quelques semaines.
  • Evitez le volontourisme et recherchant méticuleusement des organisations pertinentes.
  • Faites du bénévolat pendant des périodes plus longues à des endroits où vous pouvez vraiment apporter quelque chose.
  • Faites don de provisions à des organisations qui ont bonne réputation plutôt que de donner au hasard : cela encourage la mendicité.

 

Tours et visites écologiques

  • Ne prenez que les dépliants dont vous avez besoin ou jetez-y un oeil pour vous inspirer et prenez des notes.
  • Recyclez les dépliants que vous prenez ou donnez-les à quelqu’un d’autre.
  • Partez dans des tours éthiques pour rencontrer les locaux. Il peut s’agir du moment le plus mémorable de vos vacances. Non seulement vous rencontrez des personnes qui vivent d’une manière totalement différente mais vous contribuez également à la communauté. Durant un voyage récent que l’on a fait au Costa Rica pour voir les tribus, notre argent a été utilisé pour construire une université.
  • Essayez de choisir une entreprise qui mentionne spécifiquement qu’elle fait de l’écotourisme ou du tourisme durable (ou fait partie d’une organisation écologique)
  • Demandez aux entreprises comment elles aident les locaux et l’environnement. S’il n’y a pas de réponse, vous pouvez poliment suggérer qu’il serait temps de faire quelques changements.

 

Respect de la culture locale en voyage

  • Assurez-vous de toujours demander avant de prendre les locaux en photo. Non seulement certaines cultures n’aiment pas cela (et cela peut même donner lieu à une infraction) mais en plus c’est toujours poli de demander avant au lieu de prendre des photos à tout-va. Vous devrez mimer ou faire des gestes avec votre appareil photo s’il y a la barrière linguistique mais il est plutôt simple de se souvenir de la poser, où que vous soyez.
  • Assurez-vous de respecter les us et coutumes locaux (comme se voiler la tête dans certains pays musulmans). Informez-vous auprès de personnes qui ont déjà visité le pays en question.
  • Essayez d’apprendre quelques mots de la langue locale. Même le strict minimum. Je me suis imposé comme règle de toujours apprendre à dire bonjour et merci dans la langue du pays dans lequel je me rends et c’est toujours apprécié par les locaux.
  • Choisissez le transport local plutôt que le transport fait sur-mesure pour les touristes.
  • Apprenez-en le plus possible sur la culture locale. L’écotourisme c’est la protection de l’environnement mais aussi la protection de la diversité culturelle et la compréhension d’autres sociétés et nationalités. C’est fondamental pour la conservation des cultures.

 

Etre écologique pour un long voyage

  • Plutôt que d’acheter des vêtements sur place, faites au mieux avec votre garde-robe actuelle. Si vous avez besoin de nouveaux vêtements, préférez les donations ou les magasins de seconde main. SI vous êtes dans une auberge de jeunesse, vous pouvez aussi acheter/échanger/vendre entre voyageurs.
  • Voyagez le plus lentement possible, en vous immergeant dans ce qui vous entoure au fur et à mesure.
  • Essayez de passer plus de temps dans les endroits qui bénéficient vraiment du tourisme.
  • Si vous êtes en PVT, essayez de travailler pour une entreprise locale et durable qui a vraiment besoin de vous.
  • Plutôt que d’acheter des livres, empruntez à la bibliothèque ou échangez avec d’autres voyageurs.
  • Partagez des histoires d’écotourisme. Que ce soit sur votre blog personnel ou professionnel, sur Facebook, Twitter, Instagram, par e-mail à votre famille ou à vos amis. Souvenez-vous tous les jours de la chance que nous avons d’être sur cette planète et de pouvoir la visiter. L’Ecotourisme peut être compliqué et on ne peut pas être parfait mais un petit rappel qu’il ne faut pas prendre ça pour acquis vous aidera à implémenter des pratiques durables pas seulement pour votre prochain voyage mais pour le reste de votre vie. Adoptez le voyage vert comme votre style de vie et votre mentalité. Vous proclamer eco-voyageur et dire à tout le monde que vous faites de l’écotourisme vous obligera à faire ces changements, pas seulement de manière temporaire mais pour toujours. Et quand les gens vous verront vivre votre vie avec débrouillardise, ça les inspirera à faire de même. Faites tourner le mot sur l’importance de l’écotourisme !

Ecotourisme : 100 conseils pour bien faire
5 (100%) 1 vote

Articles Susceptibles de vous interesser