L’Allemagne et l’Opéra : une histoire d’amour

L’Allemagne est la terre promise de l’Opéra, première destination culturelle en Europe, elle a un fort passé historique en la matière. En effet En 1644, Sigmund Staden produisit le premier Singspiel, Seelewig, une forme populaire d’opéra caractérisée par des dialogues parlés qui alternaient avec des chansons. Désormais, environ un tiers des représentations lyriques du monde ont lieu en Allemagne. On y recense en effet plus de 80 salles d’opéra, ce qui fait du pays germanique, le champion du monde en la matière. Pour l’année 2020 qui arrive, on y célèbrera les 250 ans de Beethoven, ce qui devrait continuer à perpétrer la popularité de la musique classique.

La conférence des opéras allemands et ses 12 célèbres maisons

L’opéra national de Hambourg

Les visiteurs de Hambourg à la recherche d’un spectacle d’opéra de haut niveau seront éblouis par des représentations grandioses à l’Opéra national de Hambourg qui n’a plus rien à prouver en la matière. L’histoire de l’Opéra national remonte en 1678, avec l’ouverture du premier opéra public d’Allemagne à Hambourg.

De la fin du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle, la ville hanséatique était connue dans toute l’Europe pour ses chefs-d’œuvre musicaux. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’auditorium a été complètement détruit lors d’un attentat à la bombe en 1943, mais a été rénové quelques années plus tard seulement. Aujourd’hui encore, le credo principal du Staatsoper est de rendre les productions accessibles à un public aussi large que possible. Le répertoire s’étend de l’opéra classique à l’opéra contemporain et aux spectacles de ballet.

L’Opéra national de Hambourg offre à la fois culture et divertissement. Des classiques comme Georg Friedrich Händel comme violoniste ou Gotthold Ephraim Lessing comme dramaturge étaient déjà actifs au Staatsoper, mais des stars contemporaines comme Plácido Domingo ou Pavarotti ont également fait une apparition majeure dans la ville hanséatique. Elle a toujours présenté des opéras, des ballets et des concerts de l’Orchestre philharmonique de Hambourg. En plus de nombreuses pièces pour adultes comme Macbeth, le Roi Lear, La Bohème et Faust de Goethe, les enfants y trouvent également leur compte grâce à la présence de nombreux spectacles qui leur sont dédiés. Comme par exemple Hänsel et Gretel ainsi que le voleur Hotzenplotz. Chaque année, jusqu’à 380 représentations ont lieu à l’opéra, qui présentent du théâtre musical historique et moderne. Cet établissement a vu passer des directeurs de renommée internationale comme Kent Nagano.

L’opéra de Stuttgart

L’Opéra national de Stuttgart est l’un des plus grands opéras d’Europe et en même temps une branche du plus grand théâtre tripartite d’Europe. Sa façade imposante de style Renaissance est une attraction touristique à elle toute seule. Les théâtres du Wurtemberg, comprenant l’Opéra de Stuttgart, la compagnie théâtrale Schauspiel Stuttgart et le Ballet de Stuttgart, fonctionnent avec succès depuis 1994 selon un modèle de gestion unique en Allemagne : les trois secteurs sont totalement autonomes, tant d’un point de vue artistique qu’économique, sous la direction de leurs directeurs respectifs.

L’Opéra de Stuttgart donne sans cesse des impulsions importantes à la scène du théâtre musical d’aujourd’hui et jouit d’une réputation de l’un des plus grands opéras du monde. L’opéra à lui seul attire quelque 230 000 visiteurs par saison ; l’opéra peut accueillir jusqu’à 1404 personnes. Sa salle des fête mesure également 50m de longueur. Il y a aussi des représentations dans le Kammertheater (Théâtre de chambre) de la Nouvelle Galerie d’État, qui a une capacité de 200 personnes. L’Opéra d’Etat de Stuttgart a déjà remporté six fois le prix « Opéra de l’année ». Le Chœur d’Opéra d’Etat est l’un des meilleurs chœurs du théâtre musical européen et a reçu pas moins de neuf fois le titre de « Chœur d’Opéra de l’année ». L’Orchestre national de Stuttgart a également reçu le prix « Orchestre de l’année ».

L’opéra allemand de Berlin

Derrière son design linéaire et sa façade épurée, le Deutsche Oper Berlin présente le monde de l’opéra à un large public d’amateurs de musique, c’est l’un des centres culturels de la ville. A l’intérieur, les éléments architecturaux se concentrent sur l’essentiel, tous les sièges de l’auditorium offrant une vue imprenable sur la scène. Fondé au début des années 1900, le Deutsche Oper présente de grands opéras modernes à un large public. Dans cet esprit démocratique, l’auditorium d’origine n’avait pas de loges d’opéra et tous les sièges offraient une bonne vue de la scène. Ce bâtiment, cependant, a été en grande partie détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans les années d’après-guerre, un nouvel opéra a été construit sur le même site avec un auditorium de près de 2000 places. Ce nouveau lieu, conçu par l’architecte Fritz Bornemann, est resté fidèle à ses racines, tous les sièges offrant une vue imprenable sur la scène. Le nouvel opéra – baptisé Deutsche Oper Berlin – a été inauguré en 1961 avec une représentation de Don Giovanni de Mozart. Pendant les années d’un Berlin divisé, le Deutsche Oper Berlin était le seul opéra de la partie occidentale de la ville.

Traditionnellement, le Deutsche Oper Berlin abrite l’opéra classique du XIXe siècle, en particulier Verdi, Puccini, Wagner et Strauss. Mais l’éventail des œuvres comprend aussi régulièrement des compositeurs français et des opéras bel canto italiens, ainsi que des œuvres redécouvertes du début du XXe siècle.  En plus du grand répertoire d’opéra, l’accent est désormais mis sur la mise en valeur des compositeurs d’opéra contemporains. Le Deutsche Oper Berlin y est réputé pour son programme de promotion dédié aux jeunes talents et à l’enrichissement du monde de l’opéra à travers ses commandes. Au fil des ans, le Deutsche Oper Berlin s’est également forgé une réputation pour les productions de metteurs en scène de renom tels que Götz Friedrich, Hans Neuenfels et Achim Freyer.

Pour son programme d’œuvres nouvelles, inhabituelles et expérimentales, le Deutsche Oper Berlin a trouvé un lieu unique en son genre : la Tischlerei dans l’ancien atelier de menuiserie. N’ayant aucune des frontières fixes traditionnelles entre la scène et l’auditorium, cet espace vaste et flexible est idéal pour une gamme de nouvelles œuvres et de nouveaux formats dans l’opéra et le théâtre musical. La Tischlerei ouvre le monde de la musique à un large public grâce à une approche différente et passionnante – avec un programme comprenant des concerts pour les parents avec bébés, ou du théâtre musical pour les enfants dès l’âge de deux ans !

L’opéra de Francfort

L’Opéra de Francfort – la principale maison d’opéra de Francfort – est l’une des plus célèbres salles de musique classique d’Europe. Chaque année, l’Opéra de Francfort accueille plus de 200 représentations et a été élu opéra de l’année à 4 reprises dans son histoire.

L’opéra de Francfort a des racines séculaires et se classe parmi les meilleures destinations d’opéra du monde, aux côtés de Vienne et de Milan. L’Opéra de Francfort est sa principale maison d’opéra contemporain et la compagnie occupe une place importante dans le paysage musical de la ville. Ses productions à grande échelle attirent les résidents et les voyageurs, et attirent aussi bien les experts en la matière que les nouveaux venus dans le genre. Son architecture imposante contient l’opéra dans l’ancien bâtiment du théâtre.

L’Opéra de Francfort interprète régulièrement une variété d’œuvres, des reprises d’opéras classiques aux nouvelles productions. Ils sont également connus pour présenter une gamme d’œuvres italiennes, allemandes et autrichiennes, interprétant des opéras de Puccini et Verdi aux côtés de Wagner et Mozart au cours de la même saison. La compagnie propose également un programme spécial pour les enfants et les familles, afin d’initier un public plus jeune à cette forme d’art classique.

L’opéra national Unter den Linden

Après sept ans de travaux, le Berlin State Opera Berlin Unter den Linden restauré en 2017 se présente dans une nouvelle splendeur moderne. Les amateurs de musique classique ont désormais le choix entre trois opéras berlinois : le Komische Oper, le Deutsche Oper et le State Opera – c’est unique au monde. Le tout dans une toute nouvelle acoustique, qui répondra aux attentes des plus exigeants.

C’est le premier opéra et le plus important bâtiment culturel et historique de la ville. Construit en 1743 dans le vieux centre, c’était alors le plus grand opéra d’Europe. Tout au long de l’histoire, de nombreux grands noms tels que Bartholdy, Strauss et Karajan ont influencé les événements de l’Opéra national. Avec une meilleure acoustique, une nouvelle technologie et plus de visibilité pour les visiteurs, le dôme magistral de la salle de marbre et les décorations rococo détaillées de l’opéra créent une ambiance à couper le souffle. Vous avez l’impression de voyager dans le temps.

Le « Komische Oper » de Berlin

Le Komische Oper sur la Behrenstraße dans le quartier de Mitte, est parmi les opéras allemands, le plus petit des trois opéras de Berlin. Cependant, on ne peut en dire autant de la qualité de sa production. Une particularité de l’édifice est la façade extérieure au design simple et le foyer moderne, qui contrastent fortement avec l’intérieur néo-baroque. Dès 1898, le célèbre théâtre Metropol s’y trouvait. Il a été gravement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, mais comme par miracle, l’intérieur, avec ses 1 190 places assises, n’a pratiquement pas bougé, ce qui lui confère son caractère unique après reconstruction.

Depuis les années 1960, il est reconnu dans le monde entier comme le berceau du genre. Depuis 2012, le Komische Oper est dirigé avec passion par l’Australien Barrie Kosky. Depuis lors, l’opéra a reçu plusieurs prix, dont le prix « Opéra de l’année » en 2007 et 2013 et le prix de la « Meilleure compagnie d’opéra » lors des International Opera Awards 2016. La scène met souvent en scène des pièces moins connues qui côtoient celles qui sont le plus réputées. L’action scénique est sur un pied d’égalité avec la musique.

L’opéra de Leipzig

L’Opéra de Leipzig a été fondé en 1693, ce qui en fait la troisième plus ancienne salle d’opéra d’Europe après La Fenice (Venise, Italie) et le Hamburg State Opera (Hambourg, Allemagne). L’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig joue comme orchestre pour l’opéra de Leipzig. Cette relation remonte à 1766, avec l’interprétation du Singspiel Die verwandelten Weiber, oder Der Teufel ist los par Johann Adam Hiller. Cet opéra se caractérise aussi par la singularité de sa salle de spectacle trapézoïdale.

De 1886 à 1888, Gustav Mahler était le deuxième chef d’orchestre, Arthur Nikisch était son supérieur. Lors d’un raid aérien dans la nuit du 3 décembre 1943, le théâtre fut détruit, ainsi que tous les théâtres de Leipzig. La construction de l’opéra moderne a commencé en 1956. Le théâtre a été inauguré le 8 octobre 1960, avec une représentation de Die Meistersinger von Nürnberg de Wagner.

Semperoper de Dresde

En 1678, un opéra fut construit sur le site actuel du Semperoper, près de la Theaterplatz. En 1838, Gottfried Semper, fortement influencé par l’architecture romaine ancienne, commença la construction d’un nouveau bâtiment de théâtre de style néo-renaissance. Le magnifique bâtiment a accueilli de nombreuses premières d’œuvres de Richard Wagner, arrivé à Dresde un an après l’achèvement de l’Opéra de Semper en 1841.

En 1869, un incendie a détruit le bâtiment. Même si Gottfried Semper était en exil après avoir participé à un soulèvement démocratique raté, il s’est vu confier la conception du nouvel opéra. Son fils Manfred construisit le bâtiment dans le style de la Haute Renaissance entre 1871 et 1878 d’après les plans de son père. L’Opéra Semper fut à nouveau détruit en février 1945 lors des bombardements massifs des Alliés et des incendies qui ont ravagé la ville entière. Le bâtiment a été reconstruit quarante ans plus tard. Elle rouvrit en février 1985 avec une représentation de Quadriga de Carl Maria von Weber avec Dionysos

Le bâtiment de forme ovale présente un grand portail central surmonté d’un quadrige dessiné par une panthère avec Dionysos, dieu grec de l’art et son épouse Ariane. De part et d’autre du portail se trouvent des statues de Goethe et Schiller, écrivains allemands célèbres. Dans les niches sur les côtés du bâtiment se trouvent les statues originales de Shakespeare, Sophocle, Molière et la statue du roi Jean.

Le bâtiment est situé sur la Theaterplatz, une grande place près de l’Elbe. Au centre de cette place, devant l’Opéra, se dresse une statue équestre du roi saxon Jean, ajoutée en 1889. Cette statue a été créée par Johannes Schilling, un sculpteur allemand qui était également responsable du char au sommet de l’Opéra Semper.

L’opéra allemand sur le Rhin : Düsseldorf

La tradition de l’opéra à Düsseldorf a bien plus de 100 ans. Le bâtiment d’aujourd’hui a été reconstruit et rénové à plusieurs reprises, sa modernisation la plus récente, y compris les innovations techniques, a été achevée en 2007. Le Deutsche Oper am Rhein est une collaboration entre Düsseldorf et Duisburg, qui permet de réaliser des productions sur les deux sites. L’opéra de Düsseldorf est situé au centre de la ville, derrière le Hofgarten. Tout au long de la longue saison, un répertoire vivant, quelque peu traditionnel, est mis en scène. En plus de l’allemand, il est possible de se produire en français et en italien.

La Deutsche Oper am Rhein Düsseldorf Duisburg GmbH est une communauté théâtrale desservant les villes de Düsseldorf et Duisburg qui représente une longue tradition de collaboration entre ces deux centres urbains. Depuis sa fondation en 1956, il est considéré comme l’un des plus grands opéras d’Allemagne. Avec un ensemble de solistes de grande qualité, un chœur distingué et la compagnie Ballett am Rhein de renommée nationale et internationale, elle est devenue l’une des premières adresses européennes de l’opéra et de la danse. Son siège se trouve dans l’une des régions culturelles les plus grandes et les plus densément peuplées d’Allemagne. Les deux villes de Düsseldorf et Duisburg comptent à elles seules près de 1,1 million d’habitants, mais de nombreux quartiers voisins et un grand nombre de visiteurs extérieurs bénéficient également de l’excellent travail du Deutsche Oper am Rhein.

L’opéra allemand sur le Rhin : Duisbourg

L’opéra Allemand de Duisbourg, est l’un des bâtiments emblématiques de la ville. L’offre du Deutsche Oper am Rhein est impressionnante par rapport à celle d’autres grandes maisons d’opéra. Ses deux sites, d’une capacité totale de 2 400 places, accueillent plus de 260 manifestations par an (80 rien que sur Duisbourg). Il s’agit notamment d’opéras, d’opérettes, de ballets, de productions destinées au jeune public, de concerts de gala et de nombreux événements spéciaux.  Ce répertoire varié est interprété par les ensembles artistiques qui se réunissent au Deutsche Oper am Rhein. La plus grande compagnie de solistes au monde se compose de chanteurs confirmés et expérimentés de renommée internationale ainsi que de jeunes artistes qui commencent leur carrière à Düsseldorf et à Duisburg. La compagnie résidente actuelle se compose de 47 solistes et de sept membres du studio d’opéra. Elle est régulièrement complétée par une série de visites d’artistes, dont beaucoup ont entretenu des relations de travail étroites avec le Deutsche Oper am Rhein pendant plusieurs années.

L’opéra de Cologne

Le premier opéra de Rhénanie, conçu par Wilhelm Riphahn et inauguré en 1957 après la destruction de l’opéra original par les bombes alliées,il a fait l’objet d’une rénovation majeure qui le maintiendra jusqu’en 2015. Outre l’amélioration de l’acoustique et la mise à niveau de l’infrastructure technique et scénique, le projet permettra de rénover la place et le Schauspielhaus (théâtre) adjacent, qui font tous partie de l’ensemble architectural d’après-guerre du Riphahn. Jusqu’à la réouverture de la maison, les représentations d’opéra se déroulaient dans différents lieux de Cologne. L’imposant complexe circulaire est réputé pour son positionnement sur l’innovation et l’international  ainsi que pour son théâtre musical de première qualité.

L’opéra national de Bavière

Situé sur la Max-Joseph Platz à Munich, le Théâtre national de Bavière (Bayerische Staatsoper) présente fièrement les principales œuvres de l’opéra et du ballet allemands (le théâtre abrite l’Opéra national de Bavière et la Compagnie nationale de ballet, ou Bayerisches Staatsballett). Depuis 1901, le Prinzregentententheater, qui, comme le Festival de Bayreuth, concentre sa programmation sur les œuvres de Richard Wagner (avec quelques infidélités au compositeur), y est également installé. Le bâtiment a été construit à la demande du roi Maximilien Ier et conçu par Karl von Fischer, s’inspirant de l’architecture du théâtre de l’Odéon à Paris. Le théâtre ouvre ses portes en 1818, inaugurant sa scène avec une production de Die Weihe, de Ferdinand Fränzl, avant d’être ravagé par le feu en 1823. Elle fut rapidement reconstruite et rouverte au public en 1825. Ce nouveau théâtre, conçu par Leo von Klenze, était d’inspiration néo-grecque (en particulier son portique). En 1930, le bâtiment a été modifié pour accueillir une scène plus grande et un équipement plus efficace. Mais elle fut à nouveau détruite par les bombes lors de la Seconde Guerre mondiale (1943). Sur les plans de Karl von Fischer, l’architecte Gerhard Moritz Grauber a reconstruit l’édifice néoclassique d’origine avec un auditorium de 1 200 places (le bâtiment est nettement plus grand que son prédécesseur et seuls le foyer et son grand escalier sont d’origine). Le bâtiment a été inauguré le 22 novembre 1963 avec une représentation de Die Meistersinger von Nürnberg par Richard Wagner et a vu passer aussi les oeuvres de Mozart. Depuis lors, chaque saison, le Bayerische Staatsoper propose une programmation éclectique riche et variée, dont de nombreuses premières mondiales.

Plus d’infos sur les opéras en Allemagne : https://www.germany.travel/fr/ms/operas/operas.html